déc.
14

Les trois lettres de Pierre MASSE

  • Par albert.caston le
    (mis à jour le )

Extraits du discours prononcé par Robert BADINTER lors de l'hommage rendu par le Barreau de Paris le 19 mai 2009.


« Le statut des juifs frappa Pierre Masse, au coeur. Il avait grandi dans une famille où l'appartenance à la religion juive était en quelque sorte naturelle, comme le catholicisme pour une grande majorité de familles françaises. Mais à l'instar de nombreux notables israélites, Pierre Masse s'était déjudaïsé au long des années. Il était un bourgeois français et s'éprouvait tel. Qu'avait-il de commun avec ces juifs immigrés, besogneux, écorchant le français qui fourmillaient dans les échoppes et les ateliers du Marais ? Et voici que d'un coup, après un siècle et demi, l'appartenance à la nation était rompue. Il se trouvait, lui, Maître Masse, rejeté à la limite de la communauté nationale, repoussé par la France à laquelle il avait tant donné de lui-même.


Un autre avocat juif, plus jeune, Lucien Vidal-Naquet, fils d'avocat, ancien secrétaire de la Conférence, confiait à son journal intime : « C'est ainsi que je ne suis plus qu'un demi citoyen sur le sol même où je suis né et où dorment les miens. C'est ainsi que j'ai perdu le droit d'exercer la profession qui fut celle de mon père, et que demain se posera pour mes enfants la question de savoir à quelle activité ils auront le droit de se livrer. Je ressens comme Français l'injure qui m'est faite comme juif. J'étais si fier de mon pays ! ».


Pierre Masse, lui, écrivit au Maréchal Pétain la lettre fameuse que ceux qui la découvrent lisent toujours avec la même émotion :


« Monsieur le Maréchal,


J'ai lu le décret qui déclare que les Israélites ne peuvent plus être officiers, même ceux d'ascendance strictement française. Je vous serais obligé de me faire dire si je dois aller retirer leurs galons à mon frère, sous-lieutenant au 36ème régiment d'infanterie, tué à Douaumont en avril 1916, à mon gendre, sous-lieutenant au 14ème régiment de dragons, tué en Belgique en mai 1940; à mon neveu J.-P. Masse, lieutenant au 3ème colonial, tué à Rethel en mai 1940 ?


Puis-je laisser à mon frère la médaille militaire, gagnée à Neuville-Saint-Vaast, avec laquelle je l'ai enseveli ?


Mon fils Jacques, sous-lieutenant au 62ème bataillon de chasseurs alpins, blessé à Soupir en juin 1940, peut-il conserver son galon ?


Suis-je enfin assuré qu'on ne retirera pas rétroactivement la médaille de Sainte-Hélène à mon arrière-grand-père ? Je tiens à me conformer aux lois de mon pays, même quand elles sont dictées par l'envahisseur.


Veuillez agréer, Monsieur le Maréchal, les assurances de mon profond respect.


Pierre Masse

Ancien Capitaine au 36ème RI

Officier de la Légion honneur, Croix de guerre

Ancien sous-secrétaire d'État à la Justice militaire »


Au sursaut du soldat outragé allait succéder celui du républicain humilié. En février 1941, Pierre Masse reçut une circulaire demandant à tout sénateur de faire savoir s'il était de famille juive, ce qui entraînait la déchéance de tout mandat électif.

Pierre Masse adressa sa réponse directement au Maréchal Pétain :


« Monsieur le Maréchal,


Mon premier mouvement a été de ne pas faire réponse : il n'y a pas de « juifs » au Sénat. Ne font partie de cette Assemblée que des citoyens français, quelle que soit leur religion, élus par un collège électoral français, conformément à une Constitution qui n'a pas été abrogée sur ce point.


J'ai décidé cependant de répondre, par déférence pour le gouvernement dont vous êtes le chef.


Mes deux grands-pères étaient de religion israélite.


L'un, Bâtonnier de l'Ordre des avocats de Strasbourg en 1870, a tout abandonné propriétés familiales et sa situation pour rester français; l'autre a été, il y a un siècle, maire de la Commune de l'Hérault que je représente depuis 34 ans au Conseil général. Leurs femmes appartenaient à la même religion.


J'élève contre la loi du 3 octobre 1940 la protestation la plus formelle.


D'ascendance strictement française dans toutes les branches et aussi loin que je puis remonter, officier d'infanterie, titulaire de citations qui ont toutes été gagnées en avant des lignes françaises, ancien chef de la Justice militaire à une époque où les gens de la 5ème Colonne étaient envoyés aux fossés de Vincennes, ayant parmi mes parents les plus proches quatre officiers tués à l'ennemi, membre du Conseil de mon Ordre, régulièrement élu Sénateur par mes compatriotes de l'Hérault, je n'accepte pas d'être traité en Français de la 2ème catégorie.

Croyez que je regrette, m'adressant à vous, d'avoir à m'exprimer avec cette fermeté. Je n'oublie pas la déférence que je vous dois, ni que j'ai eu l'honneur de siéger avec vous au Comité de guerre en 1917.


Veuillez agréer, Monsieur le Maréchal, l'assurance de ma respectueuse considération ».

....


Le 13 décembre 1941, Pierre Masse fut soudainement transféré de Drancy à l'École militaire avec d'autres personnalités juives. On leur fit croire qu'ils allaient être fusillés à titre de représailles pour des attentats commis à Paris. Dans ces circonstances dramatiques, Pierre Masse écrivit deux lettres, l'une adressée à sa femme, l'autre au Bâtonnier de Paris.


Il faut en ce moment solennel, ici au Palais de justice en rappeler les termes :


« Monsieur le Bâtonnier,


Je suis appelé. Je vais probablement mourir. Je suis venu ici comme avocat. Je mourrai, j'espère dignement, pour ma Patrie, ma Foi et mon Ordre.


Dites à mes confrères que je les remercie des honneurs qui ont accompagné ma vie professionnelle.

J'en emporte une juste fierté.


Je vous recommande mon fils.


Je finirai en soldat de la France et du droit que j'ai toujours été.


Bien vôtre, en toute amitié et en déférent respect.


Pierre Masse »


Ce témoignage d'un attachement passionné à la profession d'avocat, d'autres confrères parmi lesquels de nombreux juifs l'ont exprimé aussi aux heures ultimes de leur vie avant d'être fusillés ou déportés. Ces lettres constituent l'hommage le plus précieux qui ai jamais été rendu à la profession d'avocat. »


Vous pouvez lire l'intégralité du discours sur le site de Robert BADINTER et voir l'intégralité de l'hommage en vidéo sur le site de l'Ordre.


0 commentaire